Notre futur monastère

Actuellement hébergées dans des bâtiments provisoires, nous avons en perspective la construction d’un monastère bien adapté à notre vocation semi-érémitique, selon la règle du Carmel.

Ce petit monastère, qui permettra d’accueillir au total une douzaine de sœurs, est formé de deux ensembles de bâtiments :

— Les ermitages, qui nous permettront de vivre le précepte central de notre Règle : « Que chacun demeure seul, dans sa cellule ou près d’elle, méditant jour et nuit la loi du Seigneur. »

— Les bâtiments communautaires : les pièces nécessaires à notre vie commune (réfectoire, salle de communauté, cuisine, buanderie…) ; un autre ensemble constitue la partie accueil : parloirs, salle à manger et chambres pour les hôtes de passage.

Nos ermitages, groupés deux par deux pour des questions de coût, mais séparés entre eux par un vrai mur qui permettra un réel silence pour chacune, seront de véritables lieux de vie : au rez-de-chaussée, une pièce de travail, assez vaste pour abriter les diverses machines dont le travail moderne ne saurait se passer, et nous permettre de travailler sereinement en présence, du Seigneur recherché dans la solitude ; à l’étage, une mezzanine abritera le lieu de coucher, prière, lecture spirituelle de la sœur.

Ils sont disposés en arc de cercle et tournés vers le chœur de la chapelle, vrai centre d’où rayonne tout le reste de notre vie solitaire, et vers où se tourne notre prière d’intercession pour le monde.

Le bâtiment communautaire reflète d’autres prescriptions de notre règle : « vous prendrez vos repas dans un réfectoire commun, écoutant ensemble la lecture d’un passage de la sainte écriture » ; « Vous vous réunirez pour traiter ensemble de la garde de l’Ordre et du salut des âmes ». Nous sommes en effet des ermites vivant en communauté, avec une certaine part de rencontres chaque jour, et un lien d’obéissance envers une prieure.

L’accueil est pensé au minimum, conformément à notre tradition érémitique ; situé à angle droit du bâtiment communautaire, il permettra de recevoir nos hôtes, en particulier nos familles et les candidates à notre vie monastique, sans nuire au recueillement de la communauté.

Nous avons voulu l’ensemble petit et pauvre, avec seulement les pièces nécessaires. Mais même ainsi la construction a un coût, qui dépasse très largement nos possibilités financières ! Nous espérons commencer à mener à bien les premiers travaux, dès 2019, sachant que nous ne disposons pour le moment que de quoi procéder à la viabilisation du terrain (rien n’existe pour le moment), et à la construction de deux ermitages doubles (logement pour quatre sœurs).

Mener à bien cette construction serait vital pour nous, car notre vocation exige un espace adapté, nous permettant d’être vraiment ce que nous sommes.

Il est également très important d’offrir aux postulantes et novices un lieu reflétant réellement le genre de vie qu’elles souhaitent embrasser, et de leur permettre de vivre dans la sérénité les années de la formation initiale, exigeantes en termes de don de soi et d’adaptation à un tout nouveau rythme : leur réponse généreuse au Seigneur en dépend en grande partie !